Fonds chinois – historique

Fonds chinois

Il n’est pas courant en France de trouver une collection chinoise possédée par une bibliothèque municipale. Le cas de la bibliothèque de Lyon est unique et est intimement lié à l’histoire que la ville entretient avec l’Extrême-orient, et plus particulièrement la Chine, depuis plusieurs siècles.

Le fonds chinois de la bibliothèque municipale de Lyon fut à l’origine constitué dans les années 1970 par le transfert des collections provenant de la bibliothèque de l’ancien Institut franco-chinois de Lyon (1921-1946). Il n’a cessé depuis de s’enrichir et continue à s’accroître de façon régulière.

Composé à ce jour de plus de 50.000 documents, dont près de 800 titres de périodiques et de quelque 25 mètres linéaires d’archives, ce fonds chinois est la seule collection chinoise de province à être traitée et accessible à tous publics sinisants ou non. Il est pour 90% composé de documents imprimés en chinois.

Ses origines et certains dons reçus au fil des ans rendent ce fonds particulièrement riche pour la période du 20ème siècle dans les domaines littéraires et culturels. En effet, l’ancienne bibliothèque de l’institut franco-chinois de Lyon contient près de 25000 ouvrages et plus de quatre cents titres de périodiques publiés [au format PDF ] en Chine dans les années 1920 et 1930 tant dans le domaine littéraire que dans le domaine politique, toutes sortes de documents fort difficiles à trouver aussi bien en Chine qu’en Occident. De plus, le grand nombre de ces documents en fait un ensemble sinon complet, pour le moins cohérent pour ce qui peut être considéré comme la période constitutive de la Chine contemporaine. Enfin, il convient de souligner qu’à la différence des collections chinoises présentes en occident et donc constituées par des occidentaux, celle-ci l’a été par des Chinois à une période où le souci intellectuel pouvait surpasser l’aspect proprement bibliographique.

Le Général Jacques Guillermaz (1911-1998) a lui légué sa bibliothèque chinoise personnelle composée de livres et de revues portant également sur la période républicaine chinoise et la révolution culturelle ; une autre sinologue, madame Michelle Loi (1926-2002), a également fait don de l’ensemble de sa collection privée, particulièrement riche en documents sur la littérature chinoise de l’après mouvement du 4 mai 1919, notamment les études luxuniennes.

En 1999, la bibliothèque jésuite des Fontaines de Chantilly renfermant plus de 12000 ouvrages chinois a été transférée au sein de la Bibliothèque municipale de Lyon ; c’est évidemment dans le domaine religieux et celui de la présence chrétienne en Chine que cet apport est d’une grande valeur.

Plus récemment (2003), madame Nicole Soymié nous a fait don de la bibliothèque personnelle de son mari, Michel Soymié.

Enfin, une politique active d’acquisitions par le biais d’échanges avec la Bibliothèque municipale de Canton – Guangzhou – la Bibliothèque municipale de Shanghai et la Bibliothèque nationale de Taiwan et d’achats dans le domaine particulier de la littérature chinoise moderne et contemporaine rend ce fonds vivant. Une part importante de la littérature contemporaine chinoise (de Chine populaire comme de Taiwan) est régulièrement achetée. De nombreux autres documents portant sur des sujets divers, le plus souvent à caractère culturel, sont également possédés.

Le fonds chinois de la bibliothèque municipale de Lyon offre ainsi un très large aspect de la production imprimée chinoise du 20ème siècle.

Un catalogue bibliographique informatisé, incluant les caractères chinois, permet l’accès à une partie des références, consultables également via le réseau américain RLIN.